2 Février 2017

Mission

Accéder au haut débit opérationnel

Grâce à Athena-Fidus, la défense française dispose depuis début 2014 - pour une notification intervenue le 9 février 2010 - d'une capacité en bande Ka militaire. Ce saut technologique offre une couverture globale (pour la mise en œuvre des drones notamment lors des phases de transit), une couverture métropolitaine incluant les approches maritimes, ainsi que cinq "spots" mobiles de 1750 km de diamètre, afin de couvrir au plus cinq zones géographiques selon les besoins opérationnels. Le satellite et les charges utiles sont spécifiés pour une durée de vie prévisionnelle de 15 ans.

Illustration des zones de couverture du satellite Athena-Fidus - © CNES/ill./DUCROS David, 2013
Illustration des zones de couverture du satellite Athena-Fidus.
© CNES/ill./DUCROS David, 2013

En complément du satellite, la défense nationale acquiert un segment sol composé d'environ 660 stations terrestres compatibles d'Athena-Fidus. L'emploi de ce segment sol vise principalement à assurer la résilience du cœur stratégique du projet Descartes (programme successeur de Socrate), permettre l'établissement de raccordements entre les abonnés des états majors déployés sur les théâtres extérieurs et desservir des sites isolés (sémaphores, détachements de liaison en opération, etc.). Les premières stations étaient attendues en 2014, pour être en phase avec la mise en service opérationnel du satellite.