2 Février 2017

Le programme

Le programme Athena-Fidus

Depuis 1984, les militaires français utilisent les satellites géostationnaires du programme Syracuse pour communiquer. Les charges utiles militaires installées initialement sur les satellites de télécommunications Télécom 2 de France Telecom sont désormais sur des satellites dédiés (Syracuse 3A et 3B) de l'Etat-major des armées.

Avec Syracuse 3, le système est sécurisé, résistant au brouillage et protégé contre la guerre électronique. La France assure ainsi ses communications militaires, de la métropole jusqu'aux forces déployées à l'extérieur du pays. Commandements et renseignements sont véhiculés à longue distance par Intranet, téléphone, fax, rapidement et en toute confidentialité.

Des besoins complémentaires sont rapidement apparus avec l'évolution des concepts d'opération. Ainsi, ils nécessitent une plus grande capacité de transmission à haut débit, sans pour autant exiger une résistance au brouillage à toute épreuve (communication non stratégique). Se joignent à cette requête les services de la Sécurité Civile, dont les besoins en communications à haut débit par satellite se font de plus en plus précis (pompiers, sécurité, etc.)

Le programme Athena-Fidus (Access on theatres for European allied forces nations - French Italian dual use satellite) répond à ces attentes, en offrant des services complémentaires par rapport à la flotte actuelle des satellites militaires nationaux. Le lancement d'un satellite géostationnaire à grande capacité de transmission a eu lieu le 6 février 2014. Ce lancement a été effectué par Ariane 5 depuis le port spatial européen de Kourou.

Athena-Fidus utilise principalement la bande de fréquence Ka, ainsi que les standards de télécommunications civils les plus performants. Economiques, les terminaux utilisateurs sont dérivés de produits commerciaux. En activité, l'infrastructure servira aux armées française et italienne, ainsi qu'aux services de la Sécurité Civile des deux pays partenaires.